Aller au contenu


Toggle shoutbox Shoutbox Open the Shoutbox in a popup

Avant de poser une question, consultez la FAQ du jeu Hero Zero!

@  Timelord (21.09 - 13:02)

bonjour , le projet de Susy .... faut encore chercher les feuilles qui sont plus petites que les balles de wallo .... une bonne paire de lunettes tu devra d'équipe ou une loupe ..

@  reizota (21.09 - 11:36)

Saluuuy

@  Sapin (21.09 - 09:38)

@Tom Monnier Contactes le support juste au dessus de la shoutbox, ils te demanderont quelques informations afin de réactiver ton compte

@  Tom Monnier (21.09 - 09:12)

du coup y'a moyen de le récuperer ?

@  totony35 (20.09 - 20:34)

parce que c'est playata qui gere le forum allemand

@  toniio3 (20.09 - 19:48)

mais pourquoi pas sur le serveur fr -_-

@  toniio3 (20.09 - 19:48)

thanks

@  Timelord (20.09 - 15:30)

le hc suivant

@  Timelord (20.09 - 15:30)

dans les combat de base ( vu sur el forum allemand

@  Timelord (20.09 - 15:30)

point de gloire

@  toniio3 (20.09 - 14:10)

sorry personne ne serai ou trouver l'info de l'hero con suivente svp merci

@  toniio3 (20.09 - 14:09)

hero con

@  Tom Monnier (20.09 - 13:36)

Mon compte a été supprimé je ne sais pas comment et par qui, y'aurait - il un moyen de le récupérer svp ?

@  Stoug (19.09 - 17:26)

aussi souvent *

@  Stoug (19.09 - 17:26)

je pense qu'ils apparaissent pas aussi que les emile, watson, alpha and co, mais je ne pense pas qu'ils soient difficiles à trouver :)

@  Stoug (19.09 - 17:26)

(grin)

@  jejel66 (19.09 - 16:26)

ça fait 3x + de chance (j'suis pas sur de mes calculs :P )

@  Stoug (19.09 - 07:09)

3 c'est pas énorme x)

@  jejel66 (18.09 - 23:30)

t'as tellement de serveurs aussi :pp

@  Stoug (18.09 - 23:18)

Jmejel, j'ai eu le lama Carl avec mon refresh journalier dans la boutique


Photo

Au fond du trou


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Sekhmet

Sekhmet

    Héros de la tchatche

  • Supervisor
  • 1 135 messages
  • Serveur:FR9
  • Équipe:les ptit huns
Réputation: 1 066

Posté 30 mai 2017 - 17:44

Voilà ce qui arrive quand je m'ennuie en faisant les Missions Spéciales. (à l'époque avec juste mon compagnon de départ...)

 

 

Seule une partie était déjà écrite il y a quelques mois, dans une tentation de travailler mon écriture puis je l'ai oublié. Décider de poster ici m'a permis de me motiver à finir d'écrire, et c'est toute la prétention que j'ai.
Je pense poster un épisode par jour pour éviter que ça soit trop lourd. Si ça vous divertit au passage, tant mieux, sinon, aucun remboursement de votre temps perdu ne sera effectué. Aucun compagnon si lamentable qu'il soit n'a été maltraité durant cette histoire. (dog)
 

 

 

 

Lors de ses investigations dans Gamble City, à la recherche d'indices sur les plans diaboliques de Yoyodine, une rumeur poussa Sekhmet à explorer une partie de la région qu’elle ne connaissait que par les séries télévisées. D’après un touriste rencontré devant un casino, il se passait des choses étranges à Ayers Rock, dans le désert entourant la ville et ses casinos.

Intriguée, Sekhmet se rendit sur place et découvrit un grand chantier. Bien sûr, tout semblait normal lorsqu’on passait sur la route à proximité, impatient de perdre son argent dans les casinos. Toutefois, un coup d’oeil plus attentif permettait de voir les barbelés installés par dessus les barrières habituelles. Qu’y avait-il donc à protéger de la sorte ? Une nouvelle entreprise maléfique de Yoyodine? Ou peut-être un crime commis par la mystérieuse Association des Donuts?

 

Elle appela Jeff, son complice et support à distance. Grâce à ses compétences extraordinaires en informatique, il put accéder aux images d’un satellite qui passait fort heureusement au dessus du site. Mais hélas, il n’y avait rien à voir sur les images, si ce n’est l’immense monticule de terre ou roche, dont la forme n’était pas sans rappeler un beignet. Cette remarque faite, Jeff raccrocha, marmonnant à propos d’une visite urgente à la donuterie.

C’est malin, Sekhmet avait faim elle aussi maintenant, mais sa superbe ceinture ne contenait qu’une ration de survie, bien nommée car il n’était possible de la manger que s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort. Et encore, le goût en était si exécrable qu’il était fort possible que la mort puisse être préférable.

L’estomac gargouillant, la jeune héroïne se résolut à mener son enquête elle même, en espérant qu’elle n’aurait pas besoin du support de Jeff pour lui appeler une ambulance vu que celui ci semblait avoir laissé son communicateur à la maison dans sa hâte à acheter de nouveaux donuts. En tout cas, il ne décrochait plus. Peut-être que si elle était rapide, elle pourrait rentrer avant que son ami n’aie tout dévoré. L’espoir faisait vivre après tout, et elle sentait que toute aide serait utile dans cette périlleuse mission.

 

Ainsi, elle décida de se diriger d’un pas nonchalant vers le chantier, comme si elle promenait simplement Bulot, son acolyte canin. (Si tant est qu’un carlin puisse être considéré comme un chien. Ou un choix pertinent d’acolyte. D’ailleurs, 99% de l’efficacité de Bulot à ses cotés venait du fait que les malfaiteurs étaient trop sidérés par sa simple vision pour esquiver les coups de Sekhmet.)

 

Alors que Sekhmet et Bulot étaient encore à plus de deux cent cinquante mètres des grilles, un ranger furieux les intercepta, manquant de les écraser dans le dérapage de sa Jeep. Il en sauta sans couper le contact et se mit à vociférer. Rien de très cohérent, mais Sekhmet perçut une histoire de protection de l’environnement. Et de donuts. Ou alors, la faim lui tournait la tête, c’était possible. Elle tenta de se défaire de l’horrible individu, mais fut prise d’un bref vertige. C’était décidé, plus jamais elle n’irait en mission sans prendre un solide petit déjeuner.

 

Mais finalement, que la toxine responsable de son état se soit dissipée, ou que le coup que Sekhmet lui porta au plexus lui coupa le souffle suffisamment longtemps pour qu’il reprenne ses esprits, le ranger finit par se calmer un peu, et surtout baisser d’un ton. Il se laissa interroger, mais visiblement, la colère n’était pas la cause de son manque de sens et notre héroïne n’en tira rien de cohérent. De toute façon, puisqu’elle était là, Sekhmet avait prévue de continuer son enquête et les informations d’un fou n’auraient pas été d’une grande aide.

Elle ramassa au passage la paire de lunettes fantaisies qui traînait au sol, puis constata qu’elles étaient cassées. Évidemment. Peut-être que ça vaudrait tout de même quelque chose au dépot-vente, parce qu’être un super-héros indépendant, ça coûtait cher, et elle avait besoin d’argent pour ses super gadgets. Là, elle en était réduite à utiliser une vieille affiche roulée comme matraque. Si brandir un tel objet impressionnait assez Bulot pour qu’il cesse de mâchouiller la télécommande, ça ne faisait toutefois guère professionnel face à de vrais truands comme la clique de Yoyodine.

 

 

  • Stoug, Koulman et Liabeï aiment ceci

♪ Qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps...♪ ♪ ♫ ♪ ♫ ♪ d'avoir à choisir un camp.♪ ♪ ♫


#2 Sekhmet

Sekhmet

    Héros de la tchatche

  • Supervisor
  • 1 135 messages
  • Serveur:FR9
  • Équipe:les ptit huns
Réputation: 1 066

Posté 02 juin 2017 - 08:34

 

Il ne fallut pas longtemps à notre courageuse héroïne pour atteindre l’entrée du chantier. Bien qu’il faut avouer que ce n’était pas un extraordinaire exploit. En effet, un groupe de touristes s’y était agglutiné, et faisait un rempart coloré indiquant clairement la direction à suivre. Encore un signe louche. Les chantiers de Yoyodine ne sont pas si fréquentés habituellement, cela cachait quelque chose que Sekhmet était bien décidée à découvrir. Enfin, si elle parvenait à franchir ce barrage multicolore.

A coup de coudes, et en utilisant l’excuse “mais enfin, faite attention à mon pauvre chien” elle réussit enfin à franchir la foule. Une fois le gros passé, elle vit Bulot trotter fièrement vers elle en traînant une paire de baskets à l’odeur plus que repoussante. Puisqu’il ne semblait pas incommodé, et refusait de les lâcher, Sekhmet décida qu’il pouvait les garder, et continua à avancer.

 

Hélas, notre héroïne n’était pas au bout de ses peines. Le même vigile qui avait tenu les touristes en respect semblait désormais décidé à ne pas la laisser passer non plus. Tout ça sous prétexte qu’elle ne ferait pas partie du personnel autorisé. Il épela même le mot comme si elle était stupide. Ne lui laissant pas le choix, elle lui mit les baskets odorantes sous le nez jusqu’à ce que le besoin de respirer oblige l’homme à lui autoriser l’accès. Il lui offrit même un paquet de torchons sales pour empaqueter les chaussures et éviter que l’odeur ne se répande sur le chantier.

 

Sekhmet commença discrètement son inspection du chantier. Enfin, aussi discrètement que possible avec sa cape d’un blanc éclatant et un carlin ahanant portant des chaussures à l’odeur capable de réveiller les morts. Avec un peu de chance, le chantier ne se trouvait pas sur un cimetière parce qu’elle n’avait pas encore lu son livre de préparation à l’attaque des zombies.

C’est en partageant cette pensée avec Bulot qu’elle faillit entrer dans un homme corpulent portant un bleu de travail. Elle l’identifia sans peine comme un technicien en échafaudages, qui sortait visiblement des toilettes. Lui ne l’identifia pas immédiatement en tant qu’Héroïne réputée, et elle profita de sa surprise pour  mener un rapide interrogatoire.

Grâce à l’utilisation d’arguments percutants, elle réussit à lui tirer les vers du nez. Il avoua tout, jusqu’au vol de bonbons sur le présentoir du supermarché quand il avait huit ans. Hélas, ça n’avança pas notre héroïne, le vol datant de trop longtemps, il y avait prescription pour ce délit. À propos du chantier, elle n’apprit rien non plus car le technicien venant d’être embauché, il n’avait aucune idée de ce qu’il se passait, ni de pourquoi il montait des échafaudages le long de l’immense formation rocheuse.

La seule piste qu’il lui donna, si l’on peut appeler cela une piste, était la possibilité que l’architecte en charge du projet sache de quoi il retournait. Elle aurait pu trouver ça toute seule, surtout que le technicien n’était pas capable de lui indiquer la direction du dit-architecte. Pour la peine, elle lui confisqua son gadget, un annoyatron 2000 stressant. Pff, c’était même pas le dernier modèle, et il était complètement déréglé.

 

Sekhmet traversa le chantier, espérant trouver la piste de l’architecte. Ce faisant, elle tenta de régler l’annoyatron, dans l’espoir qu’il soit utilisable, et ne regardait pas exactement où elle mettait les pieds. Hélas, ce moment d'inattention la perdit, et elle trébucha dans une toute petite piscine gonflable, probablement installée là pour que les ouvriers puissent se rafraîchir. Malheureusement, ça ne sembla pas du goût du maître nageur qui se mit à protester parce qu’elle n’avait pas enlevé ses chaussures avant d’entrer dans l’eau. Il se jeta carrément sur elle, prêt à en découdre.

D’un mouvement curieusement gracieux pour quelqu’un traînant une cape alourdie de six litres d’eau, Sekhmet se décala au dernier moment et le maître nageur fou furieux tomba comme une pierre au fond de la piscine. Notre héroïne attrapa une des serviettes à disposition sur le côté, et elle aperçut un éclat au sol. A moitié enterré, un casque de superhero renvoyait l’éclat du soleil. Peut-être les restes d’un de ses prédécesseurs? Le moins qu’elle puisse faire était quand même de le prendre avec elle, afin de retrouver le propriétaire légitime une fois sa grande mission achevée. Et puis, ça peut toujours servir…

 

Dans le reflet de la visière, Sekhmet aperçu un homme, juché sur un préfabriqué. N’écoutant que son courage elle lança son grappin… ah non, elle l’avait oublié à la maison. Bon, ben elle prit l’échelle, et s’avança vers le contremaître, son carlin sous le bras. Un homme dans sa position devait forcément en savoir plus, et pour obtenir ces informations, elle était prête à le cuisiner aux petits oignons…

Un rapide éminçage plus tard, elle apprit que le contremaître travaillait bien pour Yoyodine, ce qui confirma ses premiers soupçons. De plus, il lui indiqua avoir vu l’architecte à proximité de la grue. Enfin, afin de la persuader de le laisser tranquille, il insista pour qu’elle prenne un court peignoir bleu un peu usé sur les bords. Apparement, il l’avait emmené pour pouvoir piquer une tête dans la piscine…


  • Koulman aime ceci

♪ Qu'on nous épargne à toi et moi si possible très longtemps...♪ ♪ ♫ ♪ ♫ ♪ d'avoir à choisir un camp.♪ ♪ ♫





0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)